05/04/2016

10/4/2016 Restauration des sarcophages de Deir el Bahari

Restauration des sarcophages de Deir el Bahari

La restauration des sarcophages de Deir el-Bahari conservés au Musée du Cinquantenaire est effectuée à Bruxelles par les spécialistes de l'Istituto Europeo di Restauro d'Ischia (Italie).

L'enjeu de l'opération de restauration est de restituer aux sarcophages de la collection toute la beauté et l'authenticité de leurs coloris, et surtout d'en assurer la bonne conservation à long terme. Cette opération nécessite de nombreux examens préliminaires comme les Rx, U.V., infrarouges, prélèvements, etc,  qui dévoilent des secrets bien cachés.....Une fois restaurés, ils feront l'objet d'une nouvelle présentation au sein des salles permanentes du Musée, afin d'évoquer aux visiteurs une des découvertes les plus extraordinaires de l'histoire de l'égyptologie.  

En exclusivité, les membres de l’Association Égyptologique Reine Élisabeth (en ordre de cotisation) sont invités à assister le dimanche 10 avril à 14 heures à une présentation du travail de restauration en cours dans l’exposition Sarcophagi par Isabella Rosati, restauratrice aux MRAH.


Attention : le nombre de places étant limité, seules les quinze premières personnes inscrites pourront participer à cette activité. Réservation par courriel : aere.egke@kmkg-mrah.be.

labo restauration.JPG

 

Op zondag 10 april, om 14u,  zal in de tentoonstelling Sarcophagi de aan de gang zijnde behandeling van lijkkisten gepresenteerd worden door Isabella Rosati, restauratrice bij de KMKG. Deze presentatie is uitsluitend voorbehouden aan de leden van het Egyptologisch Genootschap Koningin Elisabeth (die hun lidmaatschapsbijdrage voor 2016 voldaan hebben).

Let op: het aantal beschikbare plaatsen is beperkt! Alleen de 15 eerste ingeschrevenen zullen aan deze activiteit deel kunnen nemen. Inschrijving per e-mail: aere.egke@kmkg-mrah.be.

31/03/2016

Conférence - 10/4/2016 : Les momies égyptiennes passent au scanner

Dimanche 10 avril 2016 à 10h30 dans l'auditorium du Musée du Cinquantenaire

Zondag 10 April 2016 te 10h30 in het auditorium van de Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis

 

Les momies égyptiennes passent au scanner

 

Par Caroline Tilleux

 

 

Caroline Tilleux mène une thèse de doctorat (UCL) sur L’étude des momies égyptiennes des MRAH et travaille en tant que chercheur supplémentaire dans le cadre d’un projet d’étude sur les Restes humains momifiés (MRAH).

 

En août et en septembre 2015, les momies égyptiennes des MRAH, 10 momies humaines (complètes ou fragmentaires) et 15 momies animales, ont fait l’objet d’une nouvelle analyse médicale.

2 petite.jpg

Bien que l’étude soit toujours en cours, il est déjà possible d’en présenter les premiers résultats. Ceux-ci viennent compléter les données issues d’une première campagne radiographique menée sur ces momies dans les années 90, reprises dans la publication majeure Les momies égyptiennes des musées royaux d’Art et d’Histoire à Bruxelles et leur étude radiographique (Francot et coll.).

 

1petite.jpg

 

 

Grâce aux progrès dans le domaine de l’imagerie médicale, de nouvelles informations anthropologiques ont déjà été mises en évidence.

Le choix de l’utilisation d’un CT-scan, méthode, qualifiée de non invasive -car non destructrice-, a permis d’examiner ces patients particuliers sans nuire à leur intégrité. De plus, l’obtention d’images en 3 dimensions offre également un déshabillage virtuel pour chaque individu tout à fait inédit.

 

 

Conférence organisée en collaboration avec la « Diffusion Culturelle » des M.R.A.H. 

 Lezing georganiseerd in samenwerking met de « Diffusion Culturelle » van de K.M.K.G

 

Entrée libre pour les membres en ordre de cotisation

24/02/2016

Lezing - 6/3/2016 : VERVLOEKT! Verwensingsrituelen in het Oude Egypte

Zondag 6 maart 2016, om 10u30, in het Auditorium van het Jubelparkmuseum

 Dimanche 6 mars 2016 à 10h30 dans l’auditorium du Musée du Cinquantenaire

 

VERVLOEKT! Verwensingsrituelen in het Oude Egypte

 

Door Athena Van der Perre

K.M.K.G.

 

Doorheen de faraonische geschiedenis vonden statuettes exécration.jpgzogenaamde execratie- of verwensingsrituelen plaats. Deze rituelen zouden rebelse activiteiten van vijandig gezinde personen (zowel buitenlanders als Egyptenaren zelf) en van bovennatuurlijke krachten tegenhouden. Men ging de vijand bezweren door middel van magische teksten en het vernietigen van substituten, zoals beeldjes gemaakt uit was, hout, of klei.

De Egyptische collectie van het Jubelparkmuseum bevat een grote groep verwensingsbeeldjes uit het Middenrijk (ca. 1850 v. Chr.). Deze figurines, gemaakt uit ongebakken klei, zijn beschreven met hiëratische teksten die de vijanden van de farao opsommen. Aangezien hier verwezen wordt naar volkeren en steden uit Azië, Nubië en Libië, vormen deze objecten een zeer belangrijke bron voor de reconstructie van de politieke antieke geografie van het Nabije Oosten.

 


portable light dome.jpgDeze lezing zal eveneens de resultaten bespreken van het Egyptian Execration Statuettes (EES) Project. Het hoofddoel van dit project is de creatie van multispectrale 3D-beelden van een serie fragiele Egyptische objecten uit de KMKG collectie.

De eerder vermelde verwensingsbeeldjes werden uitgekozen als testgroep.

 

 

Lezing georganiseerd in samenwerking met de « Educatieve en culturele dienst » van de K.M.K.G.
Auditorium van de Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis, Jubelpark 10, 1000 Brussel.
Gratis toegang voor leden die hun contributie voor 2016 betaald hebben.

 

Conférence organisée en collaboration avec le "Educatieve en culturele dienst" des M.R.A.H.
Auditorium des Musées Royaux d'Art et d'Histoire, 10 parc du Cinquantenaire à 1000 Bruxelles.
Entrée libre pour les membres en ordre de cotisation pour l'année 2016.

EES project

Projet EES

 

 

15/01/2016

Conférence : "Papyrus d'Égypte et d'ailleurs : la bibliothèque d'Herculanum"

 

Dimanche 31 janvier 2016 à 10h30 dans l'auditorium du Musée du Cinquantenaire

Zondag 31 januari 2016 te 10h30 in het auditorium van de Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis

 

Papyrus d'Égypte et d'ailleurs: la bibliothèque d'Herculanum

 

Par le Professeur Alain Martin,

Université Libre de Bruxelles.

  

La papyrologie grecque et latine est née à la fin du XIXe siècle, à la suite de découvertes massives survenues en Égypte, en particulier dans la région du Fayoum.

D'abord soucieux surtout d'éditer les textes grecs et latins de provenance égyptienne, les papyrologues ont progressivement élargi leur ambition jusqu'à se réclamer d'une sociologie globale de l'Égypte gréco-romaine, selon une formule heureuse de Jean Bingen.

Pourtant, au fil des décennies, des papyrus ont été trouvés hors de l'Égypte: sur les bords de la mer Morte, dans le secteur du Moyen-Euphrate ou à Aï Khanoum, en Afghanistan, pour ne mentionner que quelques trouvailles fameuses.

 

Villa_des_Papyrus.jpg

 

C'est du reste loin hors de l'Égypte, à Herculanum, que les premiers papyrus grecs et latins ont été tirés du sol (en l'occurrence des cendres du Vésuve), dès les années 1750.

La Villa dite des Papyrus, ensevelie comme le reste du site lors de l'éruption de 79, a livré une bibliothèque entière, composée pour l'essentiel d'ouvrages de philosophie épicurienne. De nombreux rouleaux portent des textes rédigés au Ier siècle avant notre ère par Philodème de Gadara, partisan d'un épicurisme modéré, ouvert notamment à la poésie.

La conférence sera consacrée à une évocation de cette bibliothèque et de son contexte archéologique, dont la connaissance a progressé de manière considérable au cours des dernières années.

Un texte sera brièvement présenté de manière à illustrer le fait que l'étude des textes herculanéens relève à part entière de la papyrologie.

 

 

 

Conférence organisée en collaboration avec la « Diffusion Culturelle » des M.R.A.H. 

 Lezing georganiseerd in samenwerking met de « Diffusion Culturelle » van de K.M.K.G

 

Entrée libre pour les membres en ordre de cotisation

Publication - Publicatie : "L’Offrande du collier-menit dans les temples d’époque gréco-romaine"

Monographies Reine Élisabeth n° 16 :

C. Châtelet, L’Offrande du collier-menit dans les temples d’époque gréco-romaine, 2015.

 

offrande menit.jpg

Les textes d'offrande du collier-menit inscrits sur les parois des temples se réfèrent à deux grands récits mythologiques : celui du mythe de la Lointaine où le roi apaise la déesse dangereuse à son retour de Nubie au moyen de cette parure parfois associée aux sistres, et également celui d'Horus et Seth où le roi, tel Horus, présente à la déesse un collier prenant alors la valeur des attributs du dieu Seth.

 

L'étude de l'iconographie du collier, des couronnes portées par les divinités et par le roi, la traduction de l'ensemble des textes relatifs à cette offrande et leur analyse, qu'elle soit grammaticale, religieuse ou épigraphique, ont révélé le rôle fondamental que jouait ce collier-menit : lorsqu'il est présenté tel un objet sacré de la déesse Hathor, c'est la divinité qu'il incarne en étant le reflet de sa beauté, de sa brillance ; lorsqu'il symbolise les testicules du dieu Seth, il est un moyen pour le roi de légitimer son pouvoir royal sur le trône du Double Pays.

 

Enfin, l'auteur s'est efforcée de prendre en considération la composition du programme décoratif dans lequel cette offrande du collier-menit s'intègre et de suggérer les corrélations entre différentes scènes afin d'affiner la compréhension, autant que faire se peut, de l'offrande de cet objet à multiples facettes.

 

Après de nombreuses années d'étude de l'égyptien classique et du néo-égyptien, Catherine Châtelet s'est plus particulièrement spécialisée dans l'analyse des temples d'époque ptolémaïque et romaine. Elle a consacré un mémoire de l'École Pratique des Hautes Études à l'étude détaillée du rite d'offrande du collier-menit dans les temples de cette époque, apportant ainsi des éléments de compréhension précis sur la symbolique riche et complexe de cet objet.

 

Prix public : 99 €

Réduction de 30% pour les membres. TVA et frais de port en sus. 

Prijs niet-leden: 99 €

– 30% ledenkorting. BTW en portokosten niet inbegrepen.