15/01/2016

Publication - Publicatie : "L’Offrande du collier-menit dans les temples d’époque gréco-romaine"

Monographies Reine Élisabeth n° 16 :

C. Châtelet, L’Offrande du collier-menit dans les temples d’époque gréco-romaine, 2015.

 

offrande menit.jpg

Les textes d'offrande du collier-menit inscrits sur les parois des temples se réfèrent à deux grands récits mythologiques : celui du mythe de la Lointaine où le roi apaise la déesse dangereuse à son retour de Nubie au moyen de cette parure parfois associée aux sistres, et également celui d'Horus et Seth où le roi, tel Horus, présente à la déesse un collier prenant alors la valeur des attributs du dieu Seth.

 

L'étude de l'iconographie du collier, des couronnes portées par les divinités et par le roi, la traduction de l'ensemble des textes relatifs à cette offrande et leur analyse, qu'elle soit grammaticale, religieuse ou épigraphique, ont révélé le rôle fondamental que jouait ce collier-menit : lorsqu'il est présenté tel un objet sacré de la déesse Hathor, c'est la divinité qu'il incarne en étant le reflet de sa beauté, de sa brillance ; lorsqu'il symbolise les testicules du dieu Seth, il est un moyen pour le roi de légitimer son pouvoir royal sur le trône du Double Pays.

 

Enfin, l'auteur s'est efforcée de prendre en considération la composition du programme décoratif dans lequel cette offrande du collier-menit s'intègre et de suggérer les corrélations entre différentes scènes afin d'affiner la compréhension, autant que faire se peut, de l'offrande de cet objet à multiples facettes.

 

Après de nombreuses années d'étude de l'égyptien classique et du néo-égyptien, Catherine Châtelet s'est plus particulièrement spécialisée dans l'analyse des temples d'époque ptolémaïque et romaine. Elle a consacré un mémoire de l'École Pratique des Hautes Études à l'étude détaillée du rite d'offrande du collier-menit dans les temples de cette époque, apportant ainsi des éléments de compréhension précis sur la symbolique riche et complexe de cet objet.

 

Prix public : 99 €

Réduction de 30% pour les membres. TVA et frais de port en sus. 

Prijs niet-leden: 99 €

– 30% ledenkorting. BTW en portokosten niet inbegrepen.

 

 

18/11/2015

Lezing - 22/11/2015 : De leefwereld van Djehoetihotep

Zondag 22 november 2015, om 10u30, in het Auditorium van het Jubelparkmuseum

 Dimanche 22 novembre 2015 à 10h30 dans l’auditorium du Musée du Cinquantenaire

 

De leefwereld van Djehoetihotep

 

Door Harco Willems

KULeuven

 

Kernstuk in de tentoonstelling 'Djehoetihotep.

100 jaar opgravingen in Egypte' is de reconstructie van het graf van Djehoetihotep in Dayr al-Barsha, dat uit de negentiende eeuw voor Christus dateert.

 

tombe.jpg

Maar wie was Djehoetihotep eigenlijk? Wat was zijn functie? Waar woonde hij? Wat was zijn maatschappelijke context? En wat was eigenlijk de functie van het kolosbeeld dat in zijn graf is afgebeeld, en waarom de gouverneur vooral bekend is?

 

 

sarcophage.jpg

 

 

 

 

Professor Harco Willems bespreekt deze thema's aan de hand van de nieuwste archeologische resultaten van de opgravingen van de KU Leuven in Dayr al-Barsha.

 

 

Lezing georganiseerd in samenwerking met de « Educatieve en culturele dienst » van de K.M.K.G.
Auditorium van de Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis, Jubelpark 10, 1000 Brussel

Conférence organisée en collaboration avec le "Educatieve en culturele dienst" des M.R.A.H. 
Auditorium des Musées Royaux d'Art et d'Histoire, 10 parc du Cinquantenaire à 1000 Bruxelles

 

 

 

06/11/2015

Visites guidées de l’exposition « Sarcophagi » aux MRAH

En exclusivité pour nos membres, nous proposons le 28 novembre 2015 à 10h30 deux visites parallèles de l’exposition « Sarcophagi. Sous les étoiles de Nout ».

 

 

momie1.JPG

L’une sera guidée en français par Monsieur Luc Delvaux, conservateur des collections Egypte dynastique et gréco-romaine des Musées royaux d’Art et d’Histoire et commissaire de l’exposition.

 

Madame Ann Calluy, égyptologue responsable des contacts avec la presse néerlandophone, nous a fait le plaisir d’accepter de guider l’autre en néerlandais.

 

 

Le prix de la visite, d’un montant de 20 €, vous offre également l’accès aux collections permanentes et à l’exposition « Djehoutyhotep - 100 ans de fouilles en Egypte ».

 

Le nombre total de participants pour chaque groupe est de 15 personnes. Il est donc important de nous contacter rapidement ; les inscriptions seront prises en compte par ordre chronologique de leur réception.

 

Les informations bancaires vous permettant d’effectuer le payement vous seront envoyées en même temps que la confirmation de votre réservation.

Rondleidingen tentoonstelling “Sarcophagi” in de KMKG

Speciaal voor onze leden organiseren wij op 28 november 2015, om 10u30, twee parallelle rondleidingen in de tentoonstelling “Sarcophagi. Onder de sterren van Noet”:

momie2.JPG

- de eerste wordt geleid door de heer Luc Delvaux, conservator van de verzamelingen Dynastisch en Grieks-Romeins Egypte van de Koninklijke Musea voor Kunst en Ge­schie­de­nis en curator van de tentoonstelling;

- de tweede wordt in het Nederlands verzorgd door mevrouw Ann Calluy, egyptologe, verantwoordelijk voor de contacten met de Nederlandstalige pers. 

 

In de prijs (20 €) is ook de toegang tot de vaste collecties van de KMKG en tot de tentoonstelling “Djehoetihotep – 100 jaar opgravingen in Egypte” begrepen.

 

Per groep is het totale aantal deelnemers beperkt tot 15 personen. Als u geïnteresseerd bent, wordt u dan ook aangeraden zo spoedig mogelijk contact met ons op te nemen. De inschrijvingen zullen behandeld worden in chronologische volgorde van ontvangst!

 

Na ontvangst van uw preregistratie zullen wij u een bevestiging en instructies in verband met de betaling toezenden.

21/10/2015

Exposition Djehoutyhotep, MRAH, 6/11/2015 -> 20/4/2016

1_cover.jpgDjehoutihotep

100 ans de fouilles en Égypte

Du 6 novembre 2015 au 20 avril 2016

 

Il y a 15 ans de cela, les environs de Deir el-Bersha, en Égypte, furent explorés par des égyptologues de la KULeuven à la recherche de gravures rupestres. Ce site, qui enflamme l’imagination des voyageurs occidentaux depuis près de deux siècles, est principalement connu pour la tombe spectaculairement décorée du gouverneur Djehoutihotep (vers 1840 av. J.-C.). Les fouilles archéologiques récentes menées dans la région ont aussi porté leurs fruits. C’est ainsi que la découverte d’une tombe intacte - celle d’un fonctionnaire baptisé Henou - défraya la chronique en 2007.  

 

Il y a un siècle, le même endroit avait été fouillé par l’Américain George Andrew Reisner. Les découvertes qu’il y fit, font partie des plus importants trésors égyptiens du deuxième millénaire avant J.-C. Il n’était pas le premier à s’intéresser à cette partie de l’Égypte. En témoignent les cartes dressées à l’époque de Napoléon, et qui s’avèrent aujourd’hui encore d’un intérêt primordial pour les chercheurs contemporains. Au courant du XIXe siècle, le site fut souvent visité par des visiteurs européens. Plusieurs d’entre eux nous ont laissé des croquis détaillés ou de superbes photographies qui sont hélas restés le plus souvent méconnus. C’est le cas par exemple des splendides aquarelles réalisées par Marcus Blackden et Howard Carter (ce dernier deviendrait plus tard très célèbre pour sa découverte de la tombe de Toutânkhamon). Il existe donc une importante documentation qui nous permet de savoir à quoi ressemblait le site à l’époque et comment on menait des fouilles archéologique pendant l’époque coloniale. Aujourd’hui encore, pendant les chantiers de fouilles, on retrouve régulièrement des traces des activités de ces premiers chercheurs.   

 

Un centenaire au Cinquantenaire

À l’occasion du centenaire de l’expédition de Reisner en 1915, les égyptologues de la KULeuven ont eu l’idée de mettre sur pied une exposition unique au Musée du Cinquantenaire à Bruxelles. L’objectif de cette exposition est de montrer comment des méthodes innovantes appliquées à de la documentation ancienne peuvent apporter de nouveaux éclairages. Grâce aux technologies digitales, il est ainsi désormais possible de réunir des fragments découverts endommagés et éparpillés au sein de reconstructions virtuelles. En projetant des images satellitaires actuelles sur de vieux plans, il est possible de visualiser le paysage et l’environnement du passé, tandis que d’anciennes photos permettent d’imaginer le paysage égyptien tel qu’il était avant la construction du barrage d’Assouan.

Ces différents thèmes seront présentés autour d’une reconstitution en 3D de la tombe de Djehoutihotep, qui formera le noyau central de l’exposition. Un modèle virtuel en 3D de cette tombe a été réalisé par la firme INGEO en collaboration avec la KULeuven. Différentes couches de documentation ont été ici rassemblées afin de rendre visibles les développements des méthodes de recherche. Les visiteurs pourront admirer dans l’exposition des objets n’ayant encore jamais été exposés, comme par exemple les croquis et les aquarelles de Carter. Il sera en outre possible de visualiser la culture funéraire de Deir el-Bersha au travers d’un inventaire complet d’une tombe des environs. Le matériel retrouvé dans cette tombe est conservé à Bruxelles depuis 100 ans sans jamais avoir été montré à un large public. L’exposition « Djehoutihotep – 100 ans de fouilles en Égypte » offre une possibilité de mettre l’égyptologie en Belgique sous le feu des projecteurs. Elle permet de faire connaître aux visiteurs les possibilités de cette discipline et les projets de la KULeuven.